Bien être

Et quoi encore la méditation !

By

on

A ceux et celles qui ont choisi comme moi de prendre un nouveau départ dans la vie, qu’il soit volontaire ou non…

Il existe encore de « vrais » boulots avec pauses café, discussions avec collègues, intéressement, participation pour les plus chanceux, mais ce, pour combien de temps ? Seul l’avenir de celui ou celle encore en poste qui lira cet article le dira.

A l’inverse, il existe aussi des fermetures d’usines, des départs à la retraite, des burn-out, des licenciements, des ruptures conventionnelles, des TS, des conflits structurels de tous ordres, personnels ou professionnels, des trahisons, etc. la liste est infinie et chacun peut la compléter à loisir selon sa propre histoire.

Comment faire face devant l’inconnu d’une situation qui nous tombe sur le coin du museau, qu’elle ait été choisie ou pas ?

Bien sûr, nous pouvons faire appel à :

  • des traitements divers et variés plus ou moins lourds, plus ou moins longs, plus ou moins chers, plus ou moins chimiques/naturels, plus ou moins efficaces,
  • des thérapies également plus ou moins lourdes, plus ou moins longues, plus ou moins chères, plus ou moins efficaces,

J’ai tendance à dire que quoi qu’il puisse nous arriver dans la vie, d’agréable ou d’insupportable, que nous prenions ou non des traitements et que nous suivions ou non des thérapies pour adoucir des situations dont nous n’avons de toute façon parfois pas la maîtrise, il existe une autre alternative qui peut se combiner aux traitements et aux thérapies et qui reste encore très « tabou » dans certains cercles.  La méditation. Et pourtant.

meditouille4
Ce sujet me tient à cœur, tout un chacun ayant sa propre vision des choses.

Je ne vais pas vous donner de cours sur la méditation (il y a des professionnels ou des leaders de conscience pour ça). N’est-ce-pas mon ami François L ?

Encore moins vous exposer en long, en large et en travers les bienfaits de la méditation.

Juste partager avec vous la première fois où l’occasion m’a été donnée de méditer et qui est loin de tout ce que j’ai pu lire ou faire ou vivre depuis.

Au programme du Salon Zen, de ce début septembre 2015, Porte de Champerret, une initiation à la méditation dans les « arènes » de cet Espace Champerret était offerte.

Depuis le temps que j’entendais parler de méditation sans trop savoir à quoi m’attendre, je m’étais dit que je ne raterais cette occasion pour rien au monde.

Malheureusement pour certains et  heureusement pour d’autres dont j’ai fait partie, il a plu des cordes.

Toutes les personnes qui avaient prévu de se rendre dans les arènes sur les coups de 14h00 non seulement n’avaient pas pu être tenues au courant du plan « B », mais les rares qui l’étaient se sont vu refouler devant la riquiquitte salle dans laquelle les heureux « élus » se sont entassés comme des sardines, et pire encore.

Je me retrouve à 13h00 (donc bien en avance) avec une centaine de personnes devant une salle en préfabriquées dont les parois tiennent on se demande comment.

Cette salle est entourée de stands de nems, pastillas, fritures baignant dans une huile manifestement trop chaude d’un côté, de chichi-beignets d’un autre, sans parler des autres odeurs dont je n’ai pas réussi à identifier l’origine … loin d’être harmonieuses.

Chacun hurlant à qui voulait l’entendre … qui veut des nems… ils sont bons mes beignets … 5 beignets pour 10 euros !!!

Je parviens à me faufiler et me retrouve dans cette salle horriblement éclairée par un néon qui clignote prêt à s’éteindre de fatigue à force de clignoter…

Peu importe le bruit disgracieux, peu importe les odeurs, peu importe la lumière, peu importe que mes deux genoux soient collés contre ceux de mes deux voisins, peu importe que l’homme à côté de moi empeste de transpiration. Je suis là et bien là et j’y reste !!

Je n’avais jamais entendu parler de celui qui allait nous faire l’initiation. C’était un parfait inconnu pour moi. J’avais juste vu son nom sur les brochures, et sa photo. Belle prestance sur la photo.

Autour de moi que des plaintes, rien n’allait comme prévu. Trop serrés, trop chaud, trop bruyant, odeurs plus que limites, …

Et tada !!

Federico Procopio arrive. Je confirme qu’il a aussi belle allure en vrai que sur la brochure.

Tout ça pour en arriver où, non pas à vous vanter les mérites de FP.

Seulement vous dire que contre toute attente, il m’a littéralement scié et conquise.

Pourquoi ?

Pour faire court, il a commencé à s’adresser à nous dans ces termes que je reprends sans les citer mots pour mots. C’est l’idée générale qui m’importe de  partager avec vous.

« Nous ne sommes pas là où nous devrions être pour cette initiation à la méditation et pourtant vous pourrez constater par vous-même dans 40/45mn que « ça va le faire quand même » (dixit FP).

… La pluie, nous n’y pouvons rien… , cette salle n’est pas idéale, je vous l’accorde, d’ailleurs aujourd’hui rien n’est idéal… Nos cinq sens sont mis à mal…

… Pour beaucoup, la méditation demande sans doute de se retrouver au sommet d’une montagne (sacrée de préférence), devant un autel (pourquoi pas, avec des objets fétiches posés dessus), de l’encens pour l’atmosphère, au petit matin tant qu’à faire, avec peut-être un rituel au choix avant (pourquoi pas d’interminables marches à escalader avant d’atteindre un sommet…) ou après, pour y découvrir un lever de soleil, sans pollution, sans bruit – ou accompagnée d’une musique qui s’y prête, comme celle de mon ami Steph V « Snatam Kaur » – sans odeur comme celle que nous sentons maintenant, dans une position la plus confortable possible et sans bouger de préférence (pas comme vous tous qui êtes en train de « gigoter comme des asticots »  pour chercher à vous mettre le plus à l’aise possible et qui vues vos grimaces ne se fait pas sans douleur ….etc…»

Voilà ma première expérience de méditation.

Je suis repartie de là en me disant que cette sorte de méditation n’était certes pas la plus académique qui soit, mais le plus important et ce que j’ai retenu de FP, c’est que peu importe l’extérieur, ce qui compte c’est ce qui se passe en nous.

métro

Je me surprends à méditer dans le métro parisien ou le bus, le nez sous l’aisselle d’un homme comme celui de la photo ou presque … « savamment négligé »… et ça marche !!

metro bis

 

Chacun est libre de méditer à sa façon (il en existe 10 milles) et je respecte tout autant ceux qui ont un rituel de méditation que ceux qui ne méditent pas du tout.

meditouille5 meditouille1 meditouille3

Pour ma part, je médite parfois mais pas systématiquement. Seulement quand j’ai besoin de me concentrer et me recentrer. Seule en général.

Attention, je ne dis pas que la méditation résout tout. Juste qu’elle aide parfois à prendre les bonnes décisions quand tout se précipite là-haut, les pensées parasites, les « il faudrait faire ci ou ça », « c’est du grand n’importe quoi de faire ça! », etc.

Pour ceux qui le savent déjà, mon sujet de prédilection est comment s’accepter tels que nous sommes, comment s’adopter, alors la méditation peut aider à ne pas se laisser coller des étiquettes qui ne vous correspondent pas.

Méditer me permet aussi de laisser le passé au passé, le futur au futur pour me concentrer sur le « ici et maintenant ».

Et vous ?

Que vous apporte la méditation si vous méditez déjà ?

Si oui, quels bénéfices en retirez-vous ?

Si non, pourquoi ne pas tenter l’expérience ?

Si vous souhaitez en savoir plus sur Federico Procopio, voici un lien dans lequel vous en apprendrez plus sur lui.

 

Bopha Moon’Monea
Pour une vie pleine de sens et d’harmonie
Avec Joie et Bienveillance

A propos de Bopha

    Recommandé pour vous

    1 Comment

    1. Pingback: Comment être bienveillant avec soi : Quelques astuces pour réduire son flot de pensées - Bienveille Toi

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *